<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

La maladie vasculaire cérébrale est un facteur très sous-estimé de l’Alzheimer

22/07/2017

Une étude du Rush Alzheimer Center-Chicago présentée en juin 2016 dans la revue the Lancet Neurology confirment une relation dose-dépendante entre la sévérité du trouble vasculaire cérébral et le niveau de risque d'Alzheimer, elles montrent déjà l’association entre athérosclérose et artériosclérose et déficience cognitive. La maladie vasculaire cérébrale a largement été suggérée comme un facteur de risque possible de la maladie de la maladie d'Alzheimer. On évoque également les démences d’origine vasculaire, impliquée d’ailleurs dans l’Alzheimer.

Une étude publiée dans la revue Neurology a documenté qu’une rétinopathie, même légère, c’est-à-dire une maladie des vaisseaux sanguins de la rétine, est associée à un risque accru non seulement de troubles vasculaires dans le cerveau mais aussi de déclin cognitif. Un variant du gène ApoE déjà associé avec le risque de maladie d'Alzheimer, a été documenté comme un agent conduisant à des dommages du système vasculaire cérébral.  Les chercheurs écrivent que la maladie vasculaire cérébrale pourrait donc être un facteur probablement très sous-estimé d’Alzheimer. Ils chercheurs ont analysé les données médicales et pathologiques de 1.143 personnes âgées qui avaient fait don de leurs cerveaux dont 478 (soit 42%) diagnostiqués avec la maladie d'Alzheimer. L’analyse des cerveaux montre que,

  • 39% des participants présentaient une athérosclérose modérée à sévère,
  • 35% une artériosclérose cérébrale (raidissement ou durcissement des parois des artères),
  • plus sévère est la maladie vasculaire, plus élevé est le risque de démence et de maladie d'Alzheimer.
  • Ainsi, l'augmentation du risque de démence est estimée de 20 à 30% par degré d'aggravation de la sévérité. 
  • Enfin, l'athérosclérose et l’artériosclérose sont associées à des capacités inférieures de réflexion et de mémoire, à la fois chez des participants avec et sans démence.

L’étude confirme ainsi un effet significatif de la maladie vasculaire cérébrale sur le risque de démence et, indépendamment, sur la performance cognitive.

Prévenir la maladie vasculaire cérébrale pour prévenir la maladie d'Alzheimer ? Lorsque les chercheurs regardent les difficultés cognitives causées par des maladies des vaisseaux, ils constatent qu’elles sont indépendantes et viennent s’ajouter à d’autres difficultés liées à l’Alzheimer. D’autre part, il a été démontré que la prévention des facteurs de risque vasculaire par le choix d’un mode de vie sain par exemple peut protéger contre la maladie d’Alzheimer. Mais ici, les chercheurs ne tranchent pas « Prévenir la maladie vasculaire pourrait réduire le risque d'Alzheimer, et peut-être même agir sur d'autres voies ».

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus