<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Les promesses renouvelées du resvératrol

22/07/2017

Une revue de la littérature publiée en juin 2016 dans la revue Current Topics in Medicinal Chemistry via Eurekaselect résume la pertinence dans la prise en charge de l’Alzheimer des effets positifs du resvératrol (antioxydant présent dans les raisins, le vin ou le chocolat) sur l'hippocampe, une zone du cerveau essentielle pour la mémoire, l'apprentissage et l'humeur. D’où l’idée d’utiliser ce composé naturel dans le traitement de la maladie d'Alzheimer avec sa capacité préventive contre la neuro-dégénérescence qui a déjà été démontrée sur l’animal. Cependant, le resvératrol seul ne peut être efficace qu’en le combinant à d'autres composés pou qu’il se révèle alors, une thérapie efficace et multi-cibles.

Le resvératrol est une substance phytochimique polyphénolique produite naturellement dans plusieurs plantes. On le trouve en forte concentration dans la peau des raisins, les baies, le chocolat et les arachides. De nombreux bénéfices lui ont été accordés, dont ses effets anti-inflammatoires et ses capacités préventives contre le diabète, certains cancers, les maladies cardiovasculaires,  et même la maladie d’Alzheimer. Une récente étude des NIH a même retracé l'activité métabolique dans des cellules traitées avec du resvératrol jusqu’à l’activation des sirtuines propices à la longévité. Enfin, d’autres études comme celle publiée dans la revue JAMA Internal Medicine ont suggéré que l’apport en resvératrol par voie alimentaire est aussi associé à certain nombre de facteurs propices à la santé. Des effets neuroprotecteurs ont  été largement suggérés depuis sa découverte dans les années 40.

Son rôle thérapeutique dans la réduction du risque de neurodégénérescence, et la maladie d'Alzheimer en particulier a déjà été documenté in vitro et in vivo sur des modèles animaux de la maladie d’Alzheimer. Sur ces modèles, il a été montré que le resvératrol facilite dispersion, non amyloïdogène, de la protéine précurseur de l'amyloïde (APP) et favorise l'élimination des protéines neurotoxique bêta-amyloïde (Aß), et parvient ainsi à ralentir le développement et la progression de la maladie d’Alzheimer. Enfin, le resveratrol réduit également les dommages aux cellules neuronales par toute une série de mécanismes dont l’action d’enzymes bénéfiques, les sirtuines.

Un premier défi pour son utilisation est de pouvoir l’utiliser à bonne concentration car si le resvératrol semble présenter, selon les études in vitro et in vivo, une forte bioactivité dans la maladie d’Alzheimer, la question de biodisponibilité pose problème : les quantités nécessaires pouvant produire ces effets biologiques favorables au cerveau et les cellules neuronales sont difficiles à concentrer en nombre suffisant pour démontrer son efficacité chez les humains. C’est pourquoi son usage clinique, comme médicament solo de la maladie d’Alzheimer est toujours resté un défi majeur. Les scientifiques proposent donc ici de le coupler à un agent chélateur de métaux et / ou un antioxydant pour réduire les dommages causés par les radicaux libres de l'oxygène ou espèces réactives de l'oxygène. Dans cette formule, les scientifiques expliquent que le resvératrol peut avoir la capacité d'augmenter les enzymes sirtuines, de favoriser l'amélioration de la réparation de l'ADN par l'amélioration de l'activité d’autres enzymes (PARP par exemple) et, ainsi, d’améliorer la viabilité des cellules du cerveau et leur longévité.

Ainsi, cet examen technique de la littérature, conclut que combiné à un agent chélateur et un antioxydant, le resvératrol pourrait en effet trouver toute sa place dans e traitement de la maladie d’Alzheimer. 

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus