<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

2 tasses de café par jour pour un effet neuro-protecteur

17/08/2017

Les conclusions d’une étude américaine des Université du Wisconsin-Milwaukee, de la Wake Forest School of Medicine, de l'Institut Health Partners (Minnesota) et de la Harvard Medical School présentées dans la revue The Journals of Gerontology, basée sur la consommation auto-déclarée de plus de 6.000 femmes révèlent que 2 tasses par jour de café ou l’équivalent de 261mg de caféine permettent chez des femmes ménopausées de réduire de 26% le risque de démence. Elles confirment le caractère neuro-protecteur d’une consommation raisonnable et régulière de café à l’âge mûr. Le café qui serait consommé régulièrement et raisonnablement est reconnu comme un bon stimulant psycho-actif entraînant une vigilance accrue et une amélioration des performances cognitives.

Cependant, une étude récente publiée dans le Journal of Alzheimer's Disease a montré que la consommation de café doit aussi être plus raisonnable. Sous peine de déclin cognitif accéléré. Enfin, un apport régulier de caféine permet d’empêcher le développement du déficit de la mémoire spatiale, de réduire les niveaux de Tau, une protéine caractéristique de la maladie d'Alzheimer.

Les chercheurs ont suivi 6.467 femmes, âgées de 60 à 85 ans, durant 10 ans, afin d’évaluer la relation entre la consommation de caféine et l'incidence globale de la démence ou de la déficience cognitive. La fonction cognitive des participantes a été évaluée chaque année par tests d'évaluation et de mesure des capacités cognitives validés. Ils ont pris en compte les facteurs de confusion possibles dont l’âge, l’éducation, l’IMC, les facteurs de mode de vie et les antécédents médicaux. Au cours du suivi, 209 femmes ont reçu un diagnostic de démence probable et 179 de déficience cognitive légère. L’analyse montre que  les participantes ayant consommé plus de 172 mg de caféine par jour (l’équivalent d’un peu moins de 2 tasses de café) présentent un risque réduit de 26% de démence probable et de déficience cognitive légère vs une moindre consommation de café.

Avec les limites de l’auto-déclaration, cette étude confirme l’effet neuro-protecteur de la caféine, à doses raisonnables. Alors que la prévalence de la maladie d'Alzheimer pourrait quadrupler d'ici 2050, même une petite réduction de prévalence de la démence reste bonne à prendre en Santé publique. Ce qui ne doit pas faire oublier les autres facteurs de base de prévention, dont la pratique de l'exercice, une alimentation saine, l’absence de tabagisme et d’excès d'alcool.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus