<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

La sexualité à l’âge avancé, toujours bon pour la santé

24/08/2017

Une étude du Michigan State University présentée dans le Journal of Health and Social Behavior qui a tenté à nouveau, de répondre à la question. A quoi sert la sexualité, après l’âge de la reproduction ? Le bénéfice est-il seulement le plaisir et le bien-être ou la sexualité tardive a-t-elle d’autres bénéfices sur la santé ? Les chercheurs discutent l’idée reçue selon laquelle le sexe apporte des bénéfices à tous et quel que soit l’âge.

Principale conclusion : le sexe n’est pas toujours bon pour la santé des plus âgés. Ainsi, des relations sexuelles fréquentes chez les hommes âgés, augmenteraient le risque de crises cardiaques et d'autres troubles cardiovasculaires. Chez les femmes plus âgées, c’est mieux : le sexe semble généralement réduire le risque d'hypertension.

Une autre étude qui suggère de multiples bénéfices, s’était déjà posée la question des effets sur la santé d’une sexualité active à un âge avancé. L’excellent exercice d'aérobie qu’est le sexe, bénéfique à la santé cardiovasculaire, favorable au système immunitaire (via l’augmentation des niveaux de lymphocytes T3 et T4, producteurs d’anticorps) et au maintien d’un poids de santé (via le métabolisme des graisses favorisé par l’augmentation de niveaux d’IGF, une hormone qui contrôle l'activité des enzymes dans le tissu adipeux). Bénéfique à la santé de la peau en raison de l’augmentation du flux sanguin et de l’apport de nutriments à sa surface, le sexe contribue à réguler les troubles de l’humeur, grâce à la libération d’ocytocine et à réduire le stress par libération d'endorphines.

Cette étude a porté sur les données de 2.204 personnes participant à la cohorte National Social Life, Health and Aging Project, âgés de 57 à 85 ans lors du premier recueil de données en 2005 ; une autre série de données a en effet été recueillie 5 ans plus tard. Le risque cardiovasculaire a été évalué en fonction de l'hypertension artérielle, d’un rythme cardiaque rapide, de niveaux élevés de protéine C-réactive et en fonction des antécédents d’événements cardiovasculaires (crise cardiaque, insuffisance cardiaque et AVC). L’analyse constate qu’une sexualité modérée préférable chez les hommes âgés,

·        les hommes plus âgés ayant des rapports sexuels 1 fois par semaine ou plus présentent, à 5 ans, un risque presque 2 fois plus élevé d’événements cardiovasculaires que les hommes sexuellement inactifs, et ceux qui éprouvent beaucoup de plaisir au cours des rapports sexuels avec leur partenaire présentent un risque d'événements cardiovasculaires encore plus élevé,

·        l’équivalent n’est pas retrouvé chez les femmes du même âge,

Les chercheurs expliquent ces résultats par les difficultés, chez les hommes plus âgés, à atteindre l'orgasme et donc par le degré élevé d'épuisement et de stress du système cardiovasculaire lors des rapports sexuels réussis. Les niveaux de testostérone et l'utilisation de médicaments de la fonction sexuelle pourraient également avoir des effets négatifs sur la santé cardiovasculaire des hommes plus âgés, suggèrent les chercheurs. Bref, l’idéal serait une sexualité modérée chez les hommes plus âgés, pour réduire le risque cardiovasculaire principalement. Les auteurs appellent même les médecins à informer patients âgés de sexe masculin sur les risques possibles d’une activité sexuelle trop intense ou trop fréquente.

A contrario, les participantes qui décrivent leur activité sexuelle comme « extrêmement agréable » ou « extrêmement satisfaisante » présentent un risque plus faible d’hypertension à 5 ans. Ainsi, du côté des femmes, une sexualité épanouie, même à un âge avancé semble apporter des bénéfices cardiovasculaires. Mais ce n’est pas tout, les auteurs rappellent à nouveau tous les autres bénéfices d’une sexualité poursuivie jusqu’à l’âge avancé, dont ceux d’une relation forte, qui peut réduire le stress et favoriser le bien-être psychologique et, à nouveau, la santé cardiovasculaire.

Plus d’hormone sexuelle féminine libérée lors de l'orgasme, un facteur, également en faveur de la santé des femmes.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus