<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Peut-on rester mâle sans Y

29/08/2017

Une étude de l’Université de Hokkaido publiée en septembre 2016  dans la revue Scientific Reports fait la démonstration que chez une espèce de mammifère privée de chromosome Y, des gènes sexuels déterminants clés continuent d'opérer. Une étape de plus, vers la compréhension de la différenciation sexuelle. Les chercheurs semblent avoir été motivés par la drôle de question légitime qu’ils se posent avec l'évolution du chromosome Y. Peut-on conserver tous les attributs du mâle sans le chromosome Y ? Ils ont localisé chez une espèce de rat, le Tokudaia osimensis, et chez les mâles privés de chromosome Y, un gène lié au sexe, AMH qui permet le maintien du mécanisme moléculaire de différenciation sexuelle. Ainsi, grâce à ce gène, et malgré l’absence d’Y, la différenciation sexuelle est maintenue.

Un cas évidemment surprenant, puisque chez la plupart des mammifères placentaires, c’est le chromosome Y qui induit la différenciation mâle au cours du développement. Le gène SRY de détermination du sexe présent sur le chromosome Y induit d'autres gènes régulateurs qui suppriment la différenciation féminine. Mais ce petit mammifère est une exception, il n’a pas de chromosome Y et donc pas de gène SRY. En cartographiant sont génome, l'équipe montre qu’en l’absence du gène SRY, d’autres gènes régulateurs sont présents et fonctionnent, probablement sous la gouverne d’un gène inconnu qui agit comme un substitut à SRY.

Au cours de l’évolution, le chromosome Y a rétréci. On sait qu’au départ, Y avait la taille de X mais Y s’est recroquevillé et a perdu, par un processus évolutif, 95% de ses 1.700 gènes de départ. Certains scientifiques ont même émis l’hypothèse qu'Y pourrait complètement disparaître. D’autres études ont néanmoins montré que les gènes des chromosomes sexuels qui restent sont les bons, ceux qui sont essentiels dans la fécondité et, qu’au vu de leur évolution, ils ont peu de risque de disparaître.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus