<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Plus de bénéfices que d'effets indésirables avec les statines

12/08/2017

Une revue de la littérature menée par l'Université d'Oxford et publiée le 8 septembre dans la revue The Lancet vient conforter l’intérêt des statines alors qu’elles suscitent le débat depuis quelques années, les chercheurs démontrent que les bénéfices qu'elles apportent ont été sous-estimés et leurs effets délétères exagérés. Le Pr Rory Collins, un des auteurs indique que les résultats montrent que le nombre de gens qui évitent des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux en prenant des statines est beaucoup plus important que le nombre de gens qui souffrent des effets secondaires.

Cette nouvelle étude a passé au crible un grand nombre d'essais randomisés et d'études observationnelles portant sur le sujet. Les spécialistes concluent qu'une baisse de  2 mmol/L obtenue via un traitement aux statines suivi par 10 000 personnes pendant 5 ans pourrait prévenir les évènements cardiovasculaires comme des infarctus ou des AVC ischémiques chez 1 000 d'entre eux en cas d'antécédents cardiaques (prévention secondaire) et chez 500 en prévention primaire. Des méta-analyses comprenant des essais randomisés de grande ampleur ont démontré que chaque réduction d'1 mmol/L de LDL-C grâce aux statines diminue le risque de décès par insuffisance coronarienne, d'infarctus ou d'AVC ischémiques de 25 % pour chaque année de traitement. Côté tolérance, les auteurs recensent 50 à 100 cas de douleurs musculaires pour 100 000 individus traités pendant 5 ans. Soit bien moins que les 20 % d'intolérance aux statines avec douleurs musculaires rapportées dans certaines études. L'équipe rapporte également 5 cas de myopathie dont une qui pourrait progresser vers une rhabdomyolyse, 5 à 10 AVC hémorragiques et entre 50 et 100 cas de diabètes.

Cependant, selon les chercheurs la diminution des AVC ischémiques grâce aux statines est bien supérieure à l'accroissement d'AVC hémorragique. En moyenne, les statines réduisent les risques d'AVC toutes catégories confondues. En ce qui concerne le diabète, les auteurs de l'étude soulignent que les personnes sous traitement qui ont développé la maladie présentaient déjà un risque accru. Le Pr Collins argue que la plupart des effets délétères peuvent disparaître sans séquelles en arrêtant les statines alors que les conséquences d'un infarctus ou d'un AVC qui n'a pas été empêché peuvent s'avérer irréversibles et dévastatrices. 

Pour le Dr Richard Horton, éditeur en chef du Lancet déclare que la controverse sur la sécurité et l'efficacité des statines a potentiellement nui à la santé de milliers de personnes au Royaume-Uni. 

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus