<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

L’idée d’un test olfactif prédictif du risque Alzheimer

10/09/2017

Une étude du Massachusetts General Hospital (MGH), présentée en octobre 2016 dans la revue des Annals of Neurology laisse augurer d’un prochain test olfactif prédictif du risque. En effet, Branchée directement (comme l’œil) sur le système nerveux central, la fonction olfactive peut être un indicateur du bon fonctionnement versus un dysfonctionnement du cerveau. Ainsi, une perte de capacité à reconnaître et à se rappeler les odeurs peut indiquer un risque accru de la maladie d'Alzheimer. La fonction olfactive joue un rôle essentiel dans la santé et la survie et est un indicateur de santé bien particulier en raison de ses liens avec le système nerveux central (SNC). Ainsi, la perte d’odorat a déjà été associée à certaines maladies neuro-dégénératives comme la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson. Ainsi, sa diminution a déjà été documentée comme un indicateur du développement de troubles cognitifs car pouvant être associée à l’accumulation dans le cerveau de protéine bêta-amyloïde, elle-même associée à l'Alzheimer. Une autre étude de l’Université de Chicago publiée en octobre 2014 dans la revue Plos One a également conclu que perdre peu à peu la perception de certaines odeurs, pourrait prédire un risque accru de décès prématuré. Un protocole non invasif testant la capacité de reconnaître, de se rappeler et de distinguer entre plusieurs odeurs permet en effet, dans cette étude, d'identifier ou de confirmer les patients âgés à risque élevé d’Alzheimer, tel que détecté, par ailleurs par les méthodes plus conventionnelles (imagerie et tests cognitifs).

Les chercheurs du MGH, à l’origine de ce test, avaient pour objectif la détection précoce de la neurodégénérescence associée à l'Alzheimer par un dispositif accessible et non invasif. Ils auraient pu travailler sur les circuits cérébraux qui traitent les données visuelles, ils ont choisi la piste olfactive déjà bien établie, mais généralement en lien avec des taux plus élevés de déclin cognitif. Ils ont combiné 4 tests olfactifs pour ce nouveau mode de diagnostic, 

·        Le test OPID (Odor Percept IDentification) qui propose aux participants de sentir 10 odeurs et doivent après chaque odeur choisir parmi 4 mots pouvant la décrire au mieux,

·        L’échelle OAS (Odor Awareness Scale) sous forme de questionnaire évaluant l’attention des participants aux odeurs environnementales et l’impact émotionnel et comportemental de ces odeurs,

·        Le test OPID-20 (OPID complété par 10 odeurs supplémentaires), qui permet d’aboutir à un score plus fin de mémoire épisodique des odeurs (POEM ou Percepts of Odor Episodic Memory score).

·        Le test OD (Odor Discrimination) qui demande aux participants exposés 12 fois à 2 odeurs consécutives si elles sont identiques, ou différentes.  

183 participants, dont 70 en bonne santé cognitive, 74 en bonne santé mais personnellement préoccupés par leurs capacités cognitives, 29 à déficience cognitive légère et 10 diagnostiqués avec la maladie d'Alzheimer ont passé ces 4 tests olfactifs. L’expérience montre qu’OPID-20 permet de différencier clairement les 4 groupes de participants, et ces résultats s’avèrent corrélés à l’observation par imagerie de l'amincissement de 2 zones cérébrales, l'hippocampe et le cortex entorhinal des zones caractéristiques touchées par la maladie d'Alzheimer, elle reflète bien la capacité des participants à se souvenir d'un arôme précédemment présenté, tel que reflété dans le score POEM et permet ainsi de différencier les groupes cognitivement normaux versus atteint de la maladie d'Alzheimer.

Une étude plus large est d’ores et déjà planifiée pour valider ces résultats. Les chercheurs rappellent qu’ il est bien connu que le diagnostic et l'intervention précoces sont plus susceptibles de permettre une stratégie thérapeutique plus efficace capable de retarder la progression des symptômes , ils espèrent, avec ce nouveau mode de dépistage peu coûteux et non invasif pouvoir même prévenir le développement des symptômes chez les patients ainsi identifiés.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus