<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

Repenser le rôle des bactéries du microbiome urinaire

09/09/2017

Le rôle des bactéries dans l'incontinence a probablement été sous-estimé, en particulier en cas d’urgenturie. Beaucoup de personnes ont connu ces situations d’urgence, les épisodes d’impériosité sont réguliers et les conséquences des fuites inévitables. Cette forme d’incontinence touche près de 20% des femmes de 45 ans et plus, el elle est souvent attribuée à une signalisation anormale des muscles de la vessie, cependant, d'autres causes sont évoquées comme les bactéries du microbiome urinaire qui pourraient aussi détenir la clé de cette urgenturie. L’incontinence par impériosité se traduit par une sensation d'un besoin urgent d'uriner, suivie d'une fuite immédiate d'un grand volume d'urine. Comme toute forme d’incontinence, cette urgenturie peut nuire sévèrement à la qualité de vie, voire entraîner l'anxiété, la dépression et l'isolement social. Pourtant il existe aujourd’hui tout un arsenal thérapeutique pour prendre en charge l’incontinence urinaire par urgenturie, des mesures hygiéno-diététiques, les exercices de rééducation périnéale, des traitements médicamenteux dont les anticholinergiques, voire une chirurgie, mini-invasive. Enfin, il existe aujourd’hui des protections adaptées non seulement à l’importance et à la fréquence des fuites mais aussi à l’anatomie des hommes et des femmes, qui vont permettre, le temps du traitement, de regagner en qualité de vie. Enfin, l’incontinence par urgenturie ne doit pas être négligée, elle peut en effet être le symptôme d’une pathologie sous-jacente dont la cystite, un calcul vésical, une tumeur de la vessie ou une maladie neurologique.

En dépit de son impact et de sa prévalence, les causes restent encore relativement mal connues. L’incontinence urinaire par urgenturie est principalement attribuée à une signalisation nerveuse anormale qui incite les muscles de la vessie de se contracter involontairement. Cependant, cela semble représenter qu’environ 60% des cas. Ces chercheurs de l'Oregon Health and Science University à la recherche d'autres causes possibles de la maladie, désignent comme autres responsables possibles, des bactéries qui vivent en nous et en particulier dans le microbiome urinaire. L'appareil urinaire a longtemps été considéré comme un environnement stérile où aucune bactérie ne pourrait normalement se développer. Tout simplement parce que les scientifiques étaient incapables de se cultiver des bactéries à partir d'échantillons d'urine en laboratoire.

Une étude publiée en juillet 2016 dans la revue Frontiers in Cellular and Infection Microbiology basée sur une approche différente, à la recherche au sein de l'urine, de signes d'ADN bactérien, suggère non seulement le contraire, mais que la variété et le type de bactéries présentes dans le tractus urinaire joueraient un rôle clé dans l'incontinence urinaire par urgenturie comme plus généralement dans la santé. L’analyse de l’ADN bactérien dans les échantillons d’urine, montre ici chez les participantes souffrant d'incontinence urinaire, une variété beaucoup plus limitée de types de bactéries. Et, dans certains cas, sont retrouvées les bactéries des mêmes types que ceux qui provoquent des infections des voies urinaires. Des données qui suggèrent que même une faible infection persistante pourrait être responsable de symptômes irritatifs d’incontinence par urgenturie.

Encore une fois on retrouve l’association entre une moindre variété de communautés bactériennes dans un microbiome et le risque de maladie. Ainsi, soulignent les chercheurs, une diversité microbienne réduite dans d’autres parties du corps a également été associée à une variété de conditions cliniques telles que l'obésité, le syndrome du côlon irritable et la maladie intestinale inflammatoire (MICI). Ici, moins nombreux sont les différents types de bactéries identifiés dans le microbiome urinaire du tractus urinaire, et plus sévères sont les symptômes présentés par le patient. La prochaine étape sera donc de préciser des modèles spécifiques associés au risque d’incontinence.

On en revient, ici pour l’incontinence comme pour d’autres maladies, à l’importance de la prise en compte de cet écosystème complet de bactéries et d'autres microbes dans la compréhension de la maladie mais aussi de la santé et du bien-être : la diversité est une bonne chose dans tous les aspects de la vie.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus