<strong>Le réseau GRATUIT n°1 de conseillers de proximité</strong> qui vous rencontrent à domicile, vous conseillent et vous accompagnent !

La molécule qui redonne de la plasticité cérébrale

15/10/2017

La découverte d’une équipe de l’Université de Göteborg présentée en décembre 2016 dans la revue Brain pourrait permettre une récupération plus rapide et plus efficace après un accident vasculaire cérébral (AVC). Il s’agit d’une simple molécule (C3a peptide), produite naturellement dans le corps. C3a a la capacité de créer de nouvelles synapses dans le cerveau. Ces données obtenues à ce stade chez l’animal et confirment l’efficacité du composé. La molécule, donnée à des souris modèles d’AVC, favorise la recomposition de connexions entre les cellules nerveuses, explique l’auteur principal, Marcela Pekna, Professeur agrégé à l'Institut de Neuroscience et de Physiologie de la Sahlgrenska Academy.

Les chercheurs suédois administrent C3a ou un placebo à 28 souris, modèles d’AVC, une semaine après l’événement, et via des gouttes nasales. Les souris traitées récupèrent beaucoup mieux et plus rapidement : concrètement, elles sont capables d’utiliser à nouveau la patte paralysée par l’AVC. L’analyse montre également que C3a permet, en fait, la génération de nouvelles cellules nerveuses et la création de nouvelles synapses entre les cellules. Un processus que beaucoup considèrent comme clé pour la récupération de la fonction cérébrale.

Comme la molécule C3a est inactivée lorsqu’administrée par voie orale ou intraveineuse, les chercheurs ont utilisé une formulation nasale. Autre obstacle, le peptide C3a est extrêmement coûteux à produire, il faudra donc parvenir à le remplacer par une molécule plus petite et moins coûteuse aux propriétés similaires.

Mais la preuve de concept est apportée, à ce stade chez l’animal. Sur le papier, tous les patients ayant subi un AVC pourraient bénéficier du traitement. D’autant qu’ici, il est délivré tardivement à l’animal. Un avantage considérable par rapport aux procédures d’urgence, d’élimination du caillot de sang, qui doivent être accomplies dans les toutes premières heures. Enfin, la molécule pourrait s’avérer également prometteuse dans la prise en charge de multiples maladies neurologiques ou lésions cérébrales.

Source : Le Blog Retraite Sereine


comments powered by Disqus